journal des communistes de la Croix-Rousse depuis 1983
MAI 2016
pas de transition écologique
sans sortie du capitalisme
Verrouillée dans sa tête,notre baronnie locale verrouille toute alternative à la ville capitaliste
par Stéphane

Rue de la République privatisée, Part-Dieu financiarisée, Jardin des Pendarts matraqué, « le Grain de Sel » a maintes fois écrit sur notre ville vendue tel un paquet de lessive aux plus offrants. Lyon n’est plus urbaine, sa baronnie a fait d’autres choix idéologiques. Notre baronnie sert naturellement sa classe et il n’y a donc évidemment aucune surprise avec ce nouveau produit, semblable aux précédents, présenté à travers une publicité dans la propagande médiatique officielle. Un nouvel exemple, et pas le dernier : l’ancienne école des Beaux-Arts.


L’ancienne école des Beaux-Arts va être le théâtre d’une plus-value pour une banque. Cela aurait pu être le titre d’un article de presse. Mais puisque nous sommes au Royaume de Séguéla, le « Progrès » se transforme en « Publicis » pour louer « la vision » urbaine de notre potentat local qui croit construire une ville. Tout au plus est-il le Président de SimCity. Le problème est qu’il ne tient pas la souris de ce monde devenu virtuel et inaccessible pour une trop large partie des habitants.

La propagande locale nous explique que ce nouveau produit immobilier va « sublimer » l’ancienne école et ses consommateurs - pouvons-nous encore nous appeler des citoyens ? – pourront contempler (gratuitement ?), la ville grâce à un panorama forcément sublime lui aussi.Notre baronnie, en se forçant un peu, va intégrer 25% de logements sociaux, mais bien évidemment pas du logement très social pour accueillir à bas prix les familles nombreuses des villes périphériques. Alors que 70% des Français sont éligibles au logement social et que plus de 20 000 habitants de la Métropole quémandent un logement digne alors que c’est un droit, la colline des Canuts aurait mérité un peu plus d’humanité que ce « bling bling ».Une terrasse et des cafés à 2€ et des logements à 6000€/m². Merci qui ?

Ce nouveau projet est un non-événement qui provoquera des réactions identiques à tous les projets urbains précédents imposés (et, n'en doutons pas, tous les suivants) : déni de démocratie, ville aux mains des promoteurs et des bétonneurs pour le seul intérêt des spéculateurs, des touristes et des nantis…

*

D’illustres intellectuels ont écrit mille fois sur la ville capitaliste. Lyon est une ville capitaliste et ce projet immobilier, qui n'est évidemment pas urbain, une nouvelle illustration de villes qui n'en sont plus.Si loin de son humanisme historique, Lyon, comme toutes ces villes formatées, a donc atteint son Graal : être comme Barcelone ou Milan et participer à la compétition mondiale. Par contre, ne demandez pas à nos potentats locaux pour quoi faire. Leur réponse est à pleurer. Les villes intelligentes n’ont plus besoin de leurs habitants pour se construire : des capteurs partout, des spéculateurs avides et des grandes enseignes commerciales suffisent. Elle n’est pas belle notre ville du XXI ème siècle ? Cela en serait pathétique si ce n’était si grave.

Alors quoi ? Quelle analyse ? Rien de nouveau. Ah si, à force de penser qu’il n’y pas d’autres alternatives à cet ordolibéralisme, notre oligarchie n’est même plus politique, mot trop noble pour une clique convaincue que les promoteurs privés construisent la ville alors qu’ils font simplement du business immobilier. Voilà où nous en sommes.Je suis convaincu que ces sinistres personnages conservateurs n’ont plus la capacité de déverrouiller leur esprit qui n’est plus critique. Nos administrateurs de biens (il faudrait leur rappeler qu'étant élus par le peuple, cette caste a pour seul mandat de gérer au mieux ce qui NOUS appartient) sont encastrés dans leur classe sociale avec une incapacité totale d’imaginer un autre système de pensée.

**

Ce verrouillage technocapitaliste est tragique : plus ce système dominant se renforce, plus il a les moyens de conserver sa domination. Il s’accapare et accumule l’ensemble des ressources disponibles - qu’elles soient politiques, financières ou naturelles - et empêche par essence l’émergence d’alternatives.

Alors, ne composons plus avec la ville capitaliste, renversons-la ; ne négocions plus avec ces barons locaux, ne votons plus pour eux. Finalement, les utopistes, et si c’étaient eux ? Il faut en effet sacrément l’être pour penser que tout va continuer comme avant. Leur fin est proche, la fin de ce système inepte est proche.

Opposons-nous à ce projet immobilier imposé. Opposons-nous à ces gardiens du dogme pour les faire tomber. Tous.

* Photo : Henri Granjean

** L'an 01 un film de Jacques Doillon, Gébé, Alain Resnais et Jean Rouch

La pétition : Un autre projet pour les pentes

Articles du Grain De Sel concernant notre ville vendue tel un paquet de lessive aux plus offrants :

- La rue de la république devient une marque !


- Les habitants revendiquent le droit à la ville !

- Le projet Part-Dieu : la tête à l'envers !

- Lyon, un pur produit du néolibéralisme


0 commentaire



Ajouter un commentaire
Votre commentaire sera validé apres vérification.

Les champs en gras seront visibles sur mon site
Prénom ou Pseudo (*) 
Email (*) 
Message  (*) 
Adresse IP : 34.204.173.36
 
(*) champs obligatoires