journal des communistes de la Croix-Rousse depuis 1983
AVRIL 2015
pas de transition écologique
sans sortie du capitalisme
Les habitants revendiquent le droit à la ville !
par Stéphane et Philippe

« Le rêve au quotidien » est de retour à la Croix-Rousse !
Depuis un an, l’association « la ruche de la Croix-Rousse» occupait une friche abandonnée par la ville avec l’objectif de créer une maison de quartier entourée d’un jardin partagé ouvert à tous et dédié aux pratiques culturelles, agricoles et collectives. Alors que les membres de l’association ont multiplié les demandes de rendez-vous, c’est le bruit des gyrophares de la police annonçant leur expulsion qui a mis fin au silence assourdissant de la mairie centrale de Lyon(1) . La mobilisation prend de l’ampleur car ce combat symbolise la lutte contre la privatisation de NOTRE ville.


De « la ruche de la Croix-Rousse » au comité populaire de défense de la Croix-Rousse : pour une réappropriation de nos espaces de vie.

Comme pour l’internat Favre, les milliers de signatures(2) pour que l’association(3) puisse continuer à utiliser notre bien commun n’ont donc pas réussi à détourner le regard de notre oligarchie locale totalement hypnotisée par le bling-bling capitaliste de Confluence et de la Part-Dieu.

Certes, les citoyens, en plus d’être irresponsables, n’ont pas été très conciliants : point d’architectes mondialement connus ni de consultations internationales pour créer leur espace public. Comment Lyon va-t-elle rayonner jusqu’à Boston avec des bancs en palettes recyclées qui ne sont même pas signés Wilmotte ?
Et bien non, en mémoire des Canuts, point de connivence avec les « starchitectes » et de soumission à une oligarchie qui ne parle pas la même langue ! C’est au contraire l’esprit de la Croix-Rousse cher à Domenico Pucciarelli et « son rêve au quotidien » qui s’est mis à souffler ! Avec la volonté de recréer un comité populaire de la Croix-Rousse, c’est bien le slogan « la Croix-Rousse n’est pas à vendre » qui renaît à ici à la suite de l’expulsion des « pendarts » !

Favoriser les expériences collectives, l’autonomie, les coopératives, le mutualisme, la résistance contre les projets spéculatifs… Jaurès aurait été fier. Dommage que Lyon ne soit pas socialiste et qu’elle soit devenue un repère « d’experts » au service de la MégaMachine capitaliste.


Les documents d’urbanisme : chasse gardée technopolitique ou outil de la démocratie ?

En effet, ne nous laissons pas enfumer par le jargon de la technocratie ! Le PLU actuel précise que seuls le 28 de la rue du Bon Pasteur et le prolongement de la rue Allouche sont déclarées « zones non aedificandi ». 

Pire encore, les prescriptions entre le 33 et le 35 de la rue du Bon Pasteur, lieu actuel de l’implantation de l’association, permettent des fronts bâtis avec des hauteurs allant de 12 à 16 mètres. La justification de l’expulsion des « pendarts » du fait d’une zone à risque est juste une plaisanterie ! Ou alors expulsons tous les habitants des pentes de la Croix-Rousse ! L’association peut et doit continuer à s’exprimer ici !

Mon petit doigt me dit même que si un « gentil » promoteur faisait une « gentille » proposition, les contraintes géologiques ou l’obligation de préserver les espaces extérieurs d’intérêt patrimonial seraient miraculeusement compatibles avec quelques logements qui respecteraient l’épannelage, la granulométrie, le périmètre du terrain urbain cultivé, les toitures exposées et tout le jargon des codes de l’urbanisme et de la construction.

Au-delà de la très volontariste position des élus du 1er arrondissement de Lyon d’imposer l’application de la Loi Paris-Lyon-Marseille en demandant le transfert de ce terrain à l’arrondissement, c’est bien la capacité donnée aux citoyens de faire que les outils de l’urbanisme soient à leur service et non pas à celui de spéculateurs et autres promoteurs avides de profits rapides. C’est cette capacité de co-construire la ville que revendiquent les « pendarts » !


Métropole privatisée aux mains de la Finance ou ville répondant aux besoins des habitants ?

La lutte citoyenne de l’association dépasse donc largement la volonté de créer un lieu de convivialité qui ne soit pas à priori artificialisé par les normes et les règles d’élus et de techniciens qui se croient responsables.

L’association revendique le droit à la ville comme H. Lefebvre et D. Harvey le définissait : « prétendre à un pouvoir de façonnement fondamental et radical sur les processus d’urbanisation, c’est-à-dire sur les manières dont nos villes sont sans cesse transformées ».

Notre métropole est devenue une marchandise réservée aux possesseurs de capitaux. Les valeurs et le fonctionnement de l’association sont en totale contradiction avec la soumission du développement de l’urbanisation au capitalisme.

Ce n’est donc pas «simplement » le lieu physique squatté par les « pendarts » qui inquiète notre oligarchie locale totalement soumise aux investisseurs, mais bien « la décolonisation de l’imaginaire » qu’il pourrait provoquer chez les habitants : Jean Nouvel et son « phallus » à 10 000€ le m², c’est pas pour nous ! Ce lieu de convivialité, cette autonomie et cette appropriation citoyenne, cette proximité et la volonté de stopper cette fuite prométhéenne, et si c’était nous ?
Impensable pour ceux qui veulent que la grenouille lyonnaise soit aussi grosse que le bœuf barcelonnais !


Voilà pourquoi il faut soutenir l’association « la Ruche » et les « Pendarts » : une autre ville est possible, la nôtre !

Le 30 avril et le 1er mai, soutenons leurs actions. Et le 5 mai soyons tous présents pour que les membres de « la Ruche », après le jardin des « Pendarts », ne soient pas expulsés ! Et au-delà de la convention d’occupation temporaire, c’est bien notre capacité à s’approprier notre bien commun qui est exigée !


(1) Pour tout savoir : http://www.rue89lyon.fr/2015/04/17/la-ville-de-lyon-part-labordage-du-jardin-pirate-des-pentes-de-la-croix-rousse/
(2) Pour la pétition : http://www.mesopinions.com/petition/social/soutien-association-ruche-croix-rousse-collectif/14015
(3) Pour connaître l’association : https://www.facebook.com/la.ruche.xrousse



4 commentaires

De Elise E - Envoyé le 17/04/2016 18:45:44
Le Jardin est toujours là, les Jardinier(e)s Pirate(sse)s aussi, et les actions continuent.

Rejoignez nous

https://www.facebook.com/Les-pendarts-Le-jardin-des-pirates-La-commune-libre-1570032916617318/
De Noelia - Envoyé le 07/08/2015 15:59:03
Très bon article. Dommage que le jardin ait été fermé, malgré la mobilisation. Peut-être qu'il en fallait une plus forte...
De andré - Envoyé le 30/04/2015 07:04:47
j'adhère pleinement , ne laissons pas aux autres le pouvoir de décider de ce qui "sera" bon pour nous ! Au regard de ceux qui gouvernent la démocratie participative n'est qu'un slogan électoral, aussi, l'intrusion citoyenne est une nécessité et un combat permanent . De tout cœur avec vous !!
De Jeremy - Envoyé le 29/04/2015 09:45:41
Merci pour cet article cohérent et juste.
Pour une réappropriation de nos espaces de vie, continuons la lutte !!! Défendons ensemble la Ruche et les Pendarts!!!


Ajouter un commentaire
Votre commentaire sera validé apres vérification.

Les champs en gras seront visibles sur mon site
Prénom ou Pseudo (*) 
Email (*) 
Message  (*) 
Adresse IP : 34.204.173.36
 
(*) champs obligatoires